Penser la ville à la hauteur d’enfants

jeudi 22 juillet 2021

Quarante ans après le premier conseil municipal des enfants, à Schiltigheim (dans l’agglomération de Strasbourg), la prise en compte de la parole de l’enfant dans les politiques publiques a fait son chemin. Le réseau Villes amies des enfants, créé par l’Unicef, réunit aujourd’hui 245 villes, 16 intercommunalités et 4 départements. La démocratie participative passe désormais par eux : les enfants sont intégrés dans les démarches de concertation pour les aménagements qui les concernent, comme les cours de récréation des écoles, les parcs, les espaces de jeu. Parallèlement, les villes sont de plus en plus nombreuses à souhaiter rendre la ville plus habitable pour eux, à vouloir leur rendre une partie de l’espace public que la voiture leur a pris : rues piétonnes aux abords des écoles, rues aux enfants. Certaines équipes municipales, comme celle de Lille, en ont même fait le cœur de leur action, en déclarant vouloir créer une « ville à hauteur d’enfants. » Un enjeu majeur, pour toutes les générations. Une « ville à hauteur d’enfants » est une ville pour tou·te·s : apaisée, verdoyante, accessible. Tout le monde y gagnera.

Voir en ligne : du CNFPT

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.