Mobilités et externalités dans le mouvement locavore en Nouvelle-Écosse

jeudi 6 février 2020

par Catherine Bryan, Elizabeth Fitting et Karen Foster, le 24 janvier 2020

Le mouvement locavore affirme qu’une réduction des « kilomètres alimentaires » a un impact social, environnemental et économique positif. Pour rendre compte de la totalité des coûts de la production alimentaire locale, il faut pourtant dépasser le simple chemin entre la production et l’assiette et prendre en considération de façon plus large toutes les relations économiques et sociales translocales. À l’aide d’une approche ethnographique multiméthode, ce projet se penche sur les coûts de la production alimentaire locale, en accordant une attention particulière aux migrations internationales de travail qui sont essentielles au maintien du secteur agricole de Nouvelle-Écosse.


Voir en ligne : du Forum Vies Mobiles

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.