Marseille, passage à vide

lundi 6 avril 2020

Yohanne Lamoulère, photographe, a arpenté pour Libération sa ville confinée et quasi désertée, en quête de traces d’humanité. Des quartiers populaires aux plages du Prado, en passant par la Canebière et l’hôpital de la Timone, « entre malaise et fascination », visite du nord au sud, « comme un pou sur la tête d’un chauve », selon ses mots… un regard singulier et acéré.

Voir en ligne : de Libération

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.