Dans l’enfer de Dandora, la décharge dévorante de Nairobi

mardi 13 février 2018

Dandora, c’est d’abord une odeur, entêtante, de putréfaction, qui donne la nausée. Ce sont ensuite des images, qui vous retournent l’estomac. Des porcs, des vaches, des chèvres, des hommes, des femmes, des enfants se débattent dans un océan d’immondices pour récupérer ce qui peut l’être. Et mangent. Des marabouts, grands échassiers charognards, planent au-dessus de ce canyon de déchets. À Dandora, la mort rôde. L’instinct de survie aussi.

Voir en ligne : du Monde

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.